Botanique Photo et Randonnées

Vous êtes sur : Nocueill.fr > Botanique >> Glossaire >>> mots en G

Dernières pages

Chrono-biologie

Hasards 2014

Coronilla Coronata

Modifications

Botryche lunaire

En préparation

Limodore abortivum

Infos recherche
Botanique

GLOSSAIRE Nocueill

Définitions relatives à la Botanique

Selon leur initiale, nous regroupons ici les définitions correspondant aux mots qui sont aussi disponibles en lien direct dans les autres pages du site.

Les mots expliqués sont classés par ordre alphabétique…
> A…   > B…   > C…   > D…  
> E…   > F…   > G…   > H…  
> I…   > J…   > K…   > L…  
> M…   > N…   > O…   > P…  
> Q…   > R…   > S…   > T…  
> U…   > V…   > W…   > X…  
  > Y…   > Z…    

Initiale en : G…

Gale, scabiose ou mal de Sainte-Marie :

C’est une affection contagieuse de la peau spécifique à l’Homme, provoquée par la femelle d’un acarien microscopique (Sarcoptes scabiei)
L’acarien femelle : Sarcoptes scabiei creuse des galeries dans l’épiderme (sillons) où elle dépose ses œufs, l’éclosion de ces derniers provoquant de vives déman­geaisons nocturnes. Non soignée, cette maladie peut devenir, à terme, mortelle suite aux infections répétées qui sont provoquées par les lésions de grattage.
Cet acarien avait été décrit dès 1687 par Bonomo et Cestoni qui en avaient fait d’emblée le responsable des lésions de la peau. Malheureusement cette importante découverte passa inaperçue et l’on persista jusqu’au XIXe siècle à faire de la gale une maladie humorale. Le rôle du Sarcopte sera définitivement confirmé par Renucci en 1834.

Source : Wikipedia.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Claude Galien :

Né vers l’an 130 et mort vers 210. Ce Médecin Grec est considéré comme le créateur de la médecine et de la pharmacie.

Il a laissé plus de 500 ouvrages. Il vantait les mérites de la «saignée» comme remède à beaucoup de maladies.

Ses travaux étaient très inspirés par Hippocrate et Aristote.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gamète :

  • Du Grec : Gamos : mariage.

Cellule reproductrice, mâle ou femelle dont le noyau ne contient qu’un seul chromosome de chaque paire, et qui peut s’unir à une gamète de sexe opposé par la fécondation. Elle ne peut se multiplier seule.
Source : Larousse

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gamétophyte femelle
ou Sac embryonnaire :

  • Nom de l’individu possédant 1n chromosomes lors de la phase haploïde dans l’alternance des générations.
  • Contenu dans chaque ovule. Il contient le gamète femelle qui sera fécondée par un des deux spermatozoïdes (gamètes mâles) lors de la double fécondation chez les végétaux.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Paul Genty (1861-1955) :

Directeur du Jardin Botanique de l’Arquebuse à Dijon depuis 1898. Il resta en place pendant 57 ans. Il travailla sur une plante dont il modifia le nom en hommage au médecin Jean Bauhin : Lathyrus Bauhini. Il a créé la Société Bourguignonne d’Histoire Naturelle et de Préhistoire avec Xavier Aubert.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Géophyte :

Dans la classification de Raunkiær, une plante géophyte est un type de plante vivace, possédant des organes lui permettant de passer la mauvaise saison enfouie dans le sol. La plante est donc inapparente au cours de quelques mois de son cycle annuel.
L’organe en question peut être un bulbe (Jacinthe, Perce-neige), un rhizome (fougère), un ou plusieurs tubercules (Pomme de terre).

Source : Wikipedia

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gibbeux(se) :

  • Qui possède une bosse. Pour une pièce florale : qui comporte une ou plusieurs bosses.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gibbosité :

  • Renflement, bosse sur la surface d’un organe.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Glabre :

  • Dépourvu(e) de poils.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Glauque, Glauquescent(e) :

Plante de couleur glaucescente : Fétuque glauque, Fetuca glauca. Ney 31 mai 2014. Photo Roland Cattenoz.
Fétuque glauque  :
Une Poacée de couleur glauquescente.
  • Couleur verte, pas franche, tirant sur le bleu.
  • Glaucescent(e) : de couleur glauque.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Glomérule :

Inflorescence où les fleurs, portées par des axes très courts, semblent insérées au même niveau.
Source : Larousse

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Glume :

  • Bractée située à la base de chaque épillet chez les Poacées.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Glumelle :

  • Bractée située à la base des fleurs qui composent l’épillet chez les Poacées

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gousse :

    Vesce des haies, Vesce des bergeries, Vicia sepium L. : gousse. Photo :Roland Cattenoz.

  • Fruit sec le plus souvent déhiscent. Elle est constituée d’un seul carpelle. Elle s’ouvre par deux fentes. Exemple : Fabacées.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Goutte :

  • Maladie provoquée par l’accumulation d’acide urique dans l’organisme qui produit des inflammations très douloureuses car les cristaux d’acide urique se fixent dans le cartilage de certaines articulations, souvent au niveau du gros orteil.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Grappe (Inflorescence en grappe) :

Inflorescence en grappe : définition botanique du mot, selon Hippolyte Jacques Coste. schéma Roland Cattenoz.
Inflorescence en grappe : illustration d’après Hippolyte Jacques Coste.
  • Inflorescence composée d’un axe principal qui porte des fleurs à pédicelle.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Grèce Antique :

VIIe millénaire Av. JC.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 
 

Grenier Charles (1808-1875) :

Enseignant à l’Université de Besançon. Il a revu et achevé l’oeuvre d’Eugène Michalet Histoire Naturelle du Jura tome 2 : botanique publié en 1864. Aujourd’hui, ce document peut se trouver sous le nom de Flore du Jura. Ce livre renferme de nombreuses stations de plantes lieux-dits des villages.

Charles Grenier a écrit d’autres livres sur la Botanique Jurassienne entre 1843 et 1874. Il a aussi influencé Charles Louis Contejean.

Il a fait découvrir la richesse de la tourbière du Bélieu (Saxifrage Œil de Bouc).

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Guyétant Sébastien (1777-1865) :

Ce Docteur de la Faculté de de Paris a fait paraître en 1808 le «Catalogue des plantes à fleurs visibles qui croissent dans les montagnes du Jura et dans les prairies qui s’étendent depuis ces montagnes jusqu’à la Saône». Ce livre fait état des premières découvertes de Betula Nana et de Saxifraga Rosacea subsp. Sponhemica dans la reculée d’Aldegrin à Baume-les-Messieurs (1793).

En 1822, Il a aussi publié «Essai sur l’agriculture du département du Jura». Sébastien Guyétant a aussi endossé les costumes de membre du jury médical du département, de Médecin des épidémies de l’arrondissement de Lons-le-Saunier et de Corres­pondant du Conseil d’Agriculture établi auprès du Ministère de l’Intérieur…

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gynécée :

  • Pistil
  • Du Grec «Gunê» : Femme.
  • Partie femelle de l’organe de reproduction. Il est destiné à la production des ovules.
  • Voir aussi :
    • Androcée.
      • Du Grec «Aner », «Andros» : Homme et «OÏkia» : Maison.
      • Ensemble des organes mâles des fleurs.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<

 

Gynostème :

  • Organe floral qui se présente généralement sous la forme d’une colonne qui regroupe les organes sexuels, mâles et femelles (sauf l’ovaire), chez les Orchidées. Le gynostème fait face au labelle dans la fleur. Il résulte de la soudure de l’organe mâle (étamine ou deux étamines) avec l’organe femelle (représenté par la base des carpelles).
  • Il porte les organes sexuels mâles et femelles de la fleur, (sauf l’ovaire), dont :
    • le gynécée à sa base.
    • les pollinies au sommet.
  • Bien souvent, le gynécée est séparé des pollinies par une barrière d’incompatibilité empêchant la plante de s’auto-féconder : le rostellum, qui est une excroissance provenant de transformation d’un stigmate.

↑↑ Haut de page ↑↑  << Retour : page précédente <<