Logo

Vous lisez : Botanique > Une Plante NoCueill >> L’Aconit anthore

L’Aconit anthore

Règne

Végétal

Embranchement

Spermaphytes

Classe

Angiospermes

Sous-classe

Dicotylédones

Ordre

Ranunculales

Famille

Renonculacées

Genre

ACONITUM

Espèce

Aconitum anthora L.

Taille

De 20 à 90cm

Floraison

D’août à septembre

Aconitum anthora

Noms populaires

Aconit anthore, Anthore, Maclou, Aconitum anthora, etc.

Racine du nom

Aconit anthore

Du Grec : « Aconiton » : nom d’une plante ayant servi à empoisonner les loups et de « Anthora » : anti-thora, car dans la Grèce Antique on pensait que ces plantes étaient l’antidote de la célèbre Ranunculus Thora qui servait à empoisonner les flèches.

Habitat

Elle peuple les éboulis calcaires, les pentes rocheuses et les pâturages secs.

Description

Plante hémicryptophyte à tubercule renflé en forme de Navet.

Aconites Anthores

Tige pubescente très peu ramifiée.

Phyllotaxie alterne, feuilles de forme palmatiséquée.

Limbe de cinq à sept lobes laciniés en lanières très minces.

Inflorescence courte au sommet des tiges, réunie en grappes très serrées.

Aconit anthore

Fleurs irrégulières à cinq tépales de couleur jaune à jaunâtre, dont le tépale supérieur enveloppe le reste de la fleur et est largement renflé (en forme de bonnet Phrygien).

Aconit anthore

Fruits : de trois à cinq follicules velus.

Présentation

L’Aconit anthore est une des plantes les plus dangereuses de France par sa très forte toxicité.

C’est une plante de taille moyenne, vivace, qui habite les étages Montagnard et Subalpin.

En France, elle demeure quand même assez rare, elle se cantonne aux massifs : du Jura, des Alpes, des Corbières et des Pyrénées.

Elle est même protégée dans le Vercors .

Sur le massif du Jura, l’Aconit anthore peut descendre assez bas en altitude : 600 à 700ms, mais elle peuple généralement les pentes rocheuses ensoleillées situées entre 900 et 1 500m.

Sur les crêtes du Massif Jurassien, elle est disséminée du Noirmont au Grand Crêt d’Eau.

Aconit anthore

On peut remarquer que l’Aconit Anthora possède d’une part, les feuilles laciniées et la forme des fleurs de l’Aconit Napel et d’autre part, la couleur jaunâtre des fleurs de l’Aconit Tue-Loup

L’Aconit anthore :
son Histoire en Histoires

À partir du Maclou, on crée de très nombreuses variétés horticoles ou cultivars pour les jardins.

Comme nous l’avons déjà dit, l’Aconit anthore est très toxique, même séchée.

Il est fortement conseillé de l’éviter si vous faites un herbier car des utilisateurs non avertis courraient des risques en manipulant ces échantillons sans précautions.

Aconit anthore

Elle empoisonne en même temps le système nerveux qu’elle paralyse, les systèmes, digestif et circulatoire, il s’en suit une mort par étouffement.

Le verdict est sans appel ! La mort peut se déclarer en 30 à 45 minutes !

Les tubercules semblent être les plus dangereux puisque 3 à 4 grammes suffisent pour tuer un homme.

Aconit anthore

La plante contient de l’aconitine (très toxique! 2 à 3 milligrammes peuvent provoquer la mort ! !), de la napelline et de l’acide aconitique. Dans la Grèce Antique on pensait que l’Aconit anthore était le contrepoison de la Renoncule Thora.

Malgré sa toxicité, on utilise l’aconitine faiblement dosée.

La teinture d’aconitine a des propriétés anti-névralgiques et décongestives.

La napelline est utilisée dans le sevrage de l’addiction aux morphiniques.