Botanique Photo et Randonnées

Vous êtes sur : Nocueill.fr > Botanique >> Les plantes décrites par Nocueill >>> l’Anthyllide des montagnes

Dernières pages

Chrono-biologie

Hasards 2014

Coronilla Coronata

Modifications

Botryche lunaire

En préparation

Limodore abortivum

Infos recherche
Botanique

l’Anthyllide des montagnes

Règne Embranchement Classe Sous-Classe Ordre
Végétal Spermaphytes Angiospermes Dicotylédones Fabales
Famille Genre Espèce Floraison Taille
Fabacées ANTHYLLIS ANTHYLLIS montana L. De mai à juin De 10 à 20cm

Anthyllis montana

Noms populaires

Anthyllide des montagnes, Anthyllis des montagnes, Vulnéraire des montagnes, Anthyllis montana L., etc.

On l’appelle aussi : Thé du Poupet et Pompon du Poupet dans les environs de Salins Les Bains (Jura).

Habitat

Rocailles et bords des corniches

Description

C’est une plante ligneuse à la base. Hémicryptophyte ou chaméphyte.

Elle possède un port gazonnant. Son feuillage condensé est envahi de poils hérissés, ce qui lui donne des allures de coussinets duveteux.

Souche ramifiée dès la base, elle déploie ses tiges multiples parsemées de poils.

Anthyllis montana

Les tiges sont d’abord couchées, puis redressées dans leur partie supérieure.

Feuilles composées et nombreuses comportant de cinq à treize paires de folioles et une foliole terminale.

Toutes les folioles sont égales et arborent une silhouette plutôt lancéolée. Elles atteignent au maximum un centimètre de long.

Les feuilles affichent une nervation imparipennée. Les deux faces du limbe sont copieusement velues.

Anthyllis montana

Pas de stipules.

Inflorescence en glomérule qui trône au dessus de deux bractées palmées et poilues.

Les fleurs sont caractéristiques de la famille des Fabacées (étendard, ailes, carène) : voir famille des Fabacées.

La couleur de la corolle est nuancée de pourpre à rose.

Anthyllis montana

Étendard 2 fois plus long que l’onglet. Carène rectiligne.

Les multiples calices abondamment velus sont accolés les uns aux autres et tapissent d’une moquette plumeuse l’intérieur du glomérule : Tous les Anthyllis possèdent cette originalité.

Anthyllis montana

Les gousses sont assez réduites et munies d’un appendice en pointe. Chaque gousse ne contient qu’une seule graine.

Présentation

L’Anthyllide des montagnes est une plante qui tapisse et embellit les bords de corniches et les sols superficiels pierreux plutôt calcaires par ses floraisons qui varient du rouge au rose. Elle forme parfois de petits coussinets au feuillage soyeux et chatoyant.

Anthyllis montana

On est aussi tout de suite séduit et charmé par les effluves fruitées de cassis et de framboise qui émanent de ses inflorescences.

On préparait d’ailleurs une infusion avec les fleurs parfumées dans la région de Salins–les–Bains, ce breuvage était nommé «Thé du Poupet».

Anthyllis montana

L’Anthyllis des montagnes bénéficie d’une protection régionale en Bourgogne, en Franche-Comté et dans le Centre. Elle est originaire d’Afrique du Nord et du Bassin méditerranéen. Cette plante a débarqué dans la dition il y a environ 65 millions d’années (au début du Tertiaire).

Anthyllis montana

En France, c’est surtout dans les zones montagneuses que les populations sont les plus florissantes, depuis l’Éétage collinéen jusqu’à 2 000 mètres d’altitude environ.

Elle est nulle ou peu fréquente ailleurs. C’est une espèce considérée comme orophyte et médi­terranéenne.

Elle est assez bien représentée sur le Massif du Jura, dans les Alpes, les Cévennes et les Corbières. Par contre, c’est une rareté dans les Pyrénées, la Bourgogne, le Cher et le Lot.

Anthyllis montana

A l’intérieur du massif, la Vulnéraire des montagnes est observée dans les départements du Jura, du Doubs et de l’Ain.

Pour le Doubs : Vallée de la Loue (Rocher de Mouthier) et Vallée du Doubs (Baume-les-Dames).

Anthyllis montana

Pour le Jura : Eugène Michalet la mentionnait déjà sur les corniches bien exposées du vignoble et des reculées (Arbois, Salins), aux environs de Saint Claude (Septmoncel), Bonlieu. Mais, sa présence est aussi attestée à Ney, Champagnole (Mont–Rivel), Mesnay, etc.

Pour l’Ain : Cluses de l’Albarine et des Hôpitaux, Fort l’Ecluse, Nantua, etc.

Anthyllis montana

D’après Jean-François Prost, l’Anthyllide des montagnes fréquente les rochers ensoleillés des sommités Jurassiennes, du Creux du Van (Jura central) jusqu’à l’extrémité Sud (Reculet), puis gagne le Vuache et le Jura Savoisien au dessus du Lac du Bourget.

En Suisse, sa présence est minime (Canton de Neuchatel, la Dôle, etc.).

Racine du nom

Anthyllis montana

Du Grec