Botanique Photo et Randonnées

Vous êtes sur : Nocueill.fr > Botanique >> Les plantes décrites par Nocueill >>> La Carotte sauvage

-Nouveautés-

Chrono-biologie

Hasards 2014

Coronilla Coronata

-Modifications-

Tulipe d’eau.

-Préparation-

Orchis punaise

Infos recherche
Botanique

La Carotte sauvage

Règne Embranchement Classe Sous-Classe Ordre
Végétal Spermaphytes Angiospermes Dicotylédones Apiales
Famille Genre Espèce Floraison Taille
Apiacées DAUCUS DAUCUS Carota L. De juin à octobre De 30cm à 1m

Carotte sauvage ou Daucus carota, inflorescence, Mont sur Monnet (Jura) septembre 2003.

Noms populaires

Carotte sauvage, Daucus Carotte, Racine jaune, Pastonade, Gironille, Daucus carota L. etc.

Habitat

Prés, bords de chemins, friches et décombres.

Description

Plante annuelle ou bisannuelle.

Plante velue surtout à la base.

Racine longue et pivotante à odeur de carotte.

Les feuilles sont deux fois complètement divisées et poilues : divisions en lanières étroites.

Inflorescence en ombelle de vingt à quarante rayons, eux mêmes terminés en ombellule.

Involucre à bractées nombreuses, trifides à divisions laciniées, les divisions sont recourbées et réfléchies vers le haut.

L’entonnoir que forme l’involucre se referme lors de la fructification.

Fleurs blanches à rosées. Corolle formée de cinq pétales ovales arrondis.

La fleur de l’ombellule centrale est stérile et souvent de couleur brun-rouge foncé. Ce critère permet de différencier la Gironille de la Petite Ciguë : Aetusa Cynapium, qui est mortelle et ne possède pas de fleur centrale stérile.

Carotte sauvage ou Daucus carota, La fleur centrale stérile

Fruits oblongs à huit rangs d’aiguillons.

Présentation

La Carotte sauvage ne monte pas très haut en altitude.

On la trouve partout en France et en Europe, sauf dans les terres arctiques.

Carotte sauvage, Inflorescence en fin de floraison

Dans le reste du monde elle se développe en Asie, en Afrique et en Sibérie.

La racine est utilisée fraîche ou en poudre.

Elle contient du Carotène, c’est un anti-oxydant, qui joue un rôle important dans la pré­vention des maladies cardio-vasculaires et retarde le vieillissement des cellules.

Elle est aussi riche en vitamine A (bénéfique pour la vue), et en vitamine B et vitamine C.

L’absorption de la carotte permet de soulager : les ballonnements intestinaux, les gaz, les diarrhées et les vers parasites.

L’infusion des graines soigne les affections des voies urinaires et stimule la digestion.

C’est aussi un bon remède pour les gens épuisés, sous-alimentés et convalescents.

Consommée crue, elle conserve toutes ses vitamines.

Racine du nom

Du Grec «Daucos» : nom de certaines ombellifères.

La Carotte sauvage :
son Histoire en Histoires

La racine de la Carotte potagère était connue depuis l’Antiquité pour son parfum aro­matique.

Carotte Sauvage

Les Grecs, les Latins, les Slaves et les Germains ne connaissaient que la forme blanche, au­jourd’hui, donnée au bétail.

Les formes jaunes et rouges ne sont apparues qu’au XVIIe siècle par sélection et croi­sements au fil des années.

La souche est Daucus Carotta «Sativus», originaire d’Afghanistan.

Une Pastonade d’exception

Lors d’une des mes sorties, sur la commune de Mont Sur Monnet (Jura), je suis tombé sur une Gironnile qui montrait sur le même pied des ombelles différentes de la normale :

Carotte sauvage

Certaines étaient entièrement brun-rouge foncé qui est en principe couleur de la fleur centrale stérile ;

Carotte sauvage

D’autres étaient toutes de couleur blanche-rosée sans la fleur centrale stérile (à gauche ci-dessus) ;

Carotte sauvage

D’autres encore avaient des fleurs de ces deux couleurs avec une répartition pour le moins fantaisiste sinon aléatoire ;

Carotte sauvage

La plus surprenante était divisée en deux selon un axe suivant le diamètre ;

Carotte sauvage

Il y en avait aussi une qui montrait un ombelle aux couleurs inversées, à ceci-près que la fleur blanche n’était pas aussi rigoureusement centrée que sur les ombelles normales.

C’est problablement une anomalie chromosomique qui a produit ce spécimen qu’on appelle : «lusus». Je ne l’ai pas revu l’année suivante. Ce type plante est presque toujours stérile…

Roland Cattenoz