Botanique Photo et Randonnées

Vous êtes sur : Nocueill.fr > Botanique >> Les plantes décrites par Nocueill >>> Le Pétasite hybride

Dernières pages

Chrono-biologie

Hasards 2014

Coronilla Coronata

Modifications

Botryche lunaire

En préparation

Limodore abortivum

Infos recherche
Botanique

Le Pétasite hybride

Règne Embranchement Classe Sous-Classe Ordre
Végétal Spermaphytes Angiospermes Dicotylédones Astérales
Famille Genre Espèce Floraison Taille
Astéracées PETASITES PETASITES hybridus L. De mars à début mai,
selon l’altitude.
De 10 à 30cm.
Peut dépasser
1m ! à maturité

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza : colonie. photo : Roland Cattenoz.

Noms populaires

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand taconnet, Grand Pas d’âne, Grand bonnet, Grand pétasite, Chapelière, Herbe aux teigneux, Herbe à la peste, Contre peste, Herbe aux chapeaux, Tchépé aux environs de Damprichard dans le Doubs, Droutza dans la région de Vallorbe en Suisse, Petasites hybridus .L, etc.

Habitat

Bords des cours d’eau, forêts humides, mégaphorbiaies, ravins forestiers humides…

Description

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza : tige unique et robuste. photo : Roland Cattenoz.

Tige dressée, robuste et unique qui se développe avant les feuilles. Elle est bien souvent éclaboussée de pourpre.

La tige porte des écailles foliacées dès la base jusqu’au début de l’inflorescence terminale.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Grandes feuilles toutes basales apparaissant après la floraison (ce qui distingue les Péta­sites des Adénostyles, chez ces derniers, les feuilles naissent en même temps que la flo­raison).

Limbe large et réniforme qui peut même atteindre 80 centimètres de large ! Le Bord du limbe sinué-denté assez grossièrement.

La base du limbe présente une échancrure limitée par deux nervures saillantes sur la face inférieure : Ce caractère permet de reconnaître à coup sûr le Grand pétasite.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza, feuilles pubescence. photo : Roland Cattenoz.

On peut discerner sur la face inférieure des feuilles une pubescence sur les nervures principales. La face supérieure du limbe arbore une couleur verte plutôt sombre.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Pétiole très long, épais, anguleux qui imite une «gouttière».

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Inflorescence terminale en grappe serrée qui s’allonge après la floraison.

Petits capitules qui regroupent des fleurs tubulées purpurines.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Involucre à bractées plus ou moins rosées qui s’achèvent par un sommet obtus.

Les individus portent dans leur inflorescence :

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza : fleuron, Reculée de Balerne, Jura. photo : Roland Cattenoz.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza, en graines. photo : Roland Cattenoz.

Akènes munies d’aigrettes à soies blanches de plus de 1 centimètre.

Présentation

Le Pétasite hybride est très précoce. On peut le voir en fleurs à partir de mars jusqu’à début mai.

Il affectionne divers biotopes pourvu que le sol soit mouillé et riche en éléments nutritifs.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Lorsque ces conditions sont réunies, le Pétasite hybride peut former de grandes colonies et peut même s’installer dans le lit des cours d’eau.

L’Herbe aux chapeaux montre une nette préférence pour les rives des cours d’eau, les zones allu­vionnaires et les méga­phorbiaies.

Aprés sa floraison, il produit ses feuilles qui peuvent devenir très larges. Alors, on admire plus facilement son omniprésence, sa domination, autour et, dans les rivières.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza sur les bords de l’Ain. photo : Roland Cattenoz.

Si l’on frotte ses feuilles, une effluve fétide s’en dégage, celle-ci ressemble à l’odeur de la «punaise».

Sur la Chaîne Jurassienne, Jean-François Prost l’indique comme commun dans les endroits humides de toute la plaine (Bresse, Vignoble, Territoire de Belfort, Vallée du Doubs…) jusqu’à environ 1 300 mètres d’altitude dans la forêt de la Frasse (Nommée aujourd’hui  : «Forêt du Massacre» à Lamoura.

À partir d’environ 500 mètres d’altitude et jusqu’aux sommités, c’est le Petasite Albus qui devient plus fréquent en forêt.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza. en graines. photo : Roland Cattenoz.

Dans le reste du monde, on trouve le Pétasite hybride dans les lieux humides de toute l’Europe, en Afrique du Nord et au Moyen–Orient.

Attention ! ! Tous les Pétasites contiennent des alcaloÏdes comme la Pyrrolizidine qui sont considérés comme cancérigènes pour l’homme.

En 2004, certains pays ont retiré du commerce des produits pharmaceutiques à base de Pétasite. Depuis, ces alcaloïdes indésirables sont éliminés des médicaments vendus en phar­macie.

Pétasite hybride, Pétasite officinal, Grand-taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe-aux-teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Petasites hybridus L., Tchépé, Pétasite Hybride ou Droutza, inflorescence en boutons. photo : Roland Cattenoz.

C’est le Pétasite hybride qui est le plus employé dans la fabrication de produits pharmaceutiques.

De nos jours, on extrait une huile de ses différents organes avec laquelle on combat le rhume des foins.

Pétasites, colonie. photo : Roland Cattenoz.

La racine contient entre autre, de la Pétasine qui soignerait peut-être les maux de tête  : cé­phalées ou migraines).

En Suisse, on peut trouver des médicaments à base d’extrait de Pétasite pour soigner les maux de ventre, les allergies (rhume des foins) et la migraine.

On utilise depuis peu le Pétasite officinal pour calmer les douleurs des voies urinaires lors du passage de calculs. Apparemment, en homéopathie, il calmerait les douleurs cervicales.

Pétasite officinal, Pétasite hybride, Grand taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite,Herbe à la peste,  Chapelière, Herbe aux teigneux, Herbe aux chapeaux, Tchépé, Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Dans le temps, on posait les larges feuilles du Pétasite hybride sur la tête des enfants atteints de la peste pour les protéger (d’où son nom de «Contre peste»).

Les anciens appliquaient les feuilles en cataplasmes sur les blessures, foulures et piqûres. Cette plante était censée combattre la peste, la teigne et les crises de goutte.

Nos ancêtres récoltaient les fleurs pour guérir les affections des voies respiratoires com­me la toux et l’asthme.

Racine du nom

Pétasite hybride, Pétasite-officinal, Grand taconnet, Grand pas d’âne, Grand pétasite, Chapelière, Herbe aux teigneux, Herbe à la peste, Herbe aux chapeaux, Tchépé, Droutza. photo : Roland Cattenoz.

Du Grec «Pétasos» : chapeau, parasol, par allusion à la surface ample des feuilles de certains Pétasites qui peuvent être utiles en cas d’averse surprise…