Logo

Vous lisez : Botanique > Une Plante NoCueill >> La Tulipe sylvestre

La Tulipe sylvestre

Règne

Végétal

Embranchement

Spermaphytes

Classe

Angiospermes

Sous-classe

Monocotylédones

Ordre

Liliales

Famille

Liliacées

Genre

TULIPA

Espèce

Tulipa sylvestris

Taille

De 20 à 50cm

Floraison

De mars à avril

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Noms populaires

Tulipe de vigne, Avant-Pâques, Tulipe sauvage, Tulipe sylvestre, Tulipa sylvestris, etc.

Racine du nom

Ce nom nous vient du Turc : « tülbent », mot ancien remplacé par ; türban qui signifie turban. Par allusion à la forme en turban de la fleur de Tulipe.

Habitat

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Terres cultivées (champs de céréales, vignes et vergers) et non cultivées (friches, buissons, parcelles abandonnées et talus).

Description

Plante géophyte à bulbe petit, oval enveloppé d’une tunique brune.

Tulipe sylvestre

Le plus souvent le bulbe est stolonifère : il assure une reproduction assexuée par multiplication végétative : le bulbe donne naissance à des caïeux qui ont pour but le renouvellement de la plante.

Tulipa sylvestris. Une observation extraite de la flore d’Eugène Michalet 1864.

Observation d’Eugène Michalet (Fin 19e siècle).

Tige glabre et unique. Elle est plutôt grêle, dressée et réfléchie vers le bas au sommet.

La tige porte une fleur solitaire à son extrémité sommitale.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Feuilles caulinaires molles généralement au nombre de trois (en fait, de deux à quatre), elles sont situées plutôt dans la partie inférieure de la tige.

Feuilles étroites de 1 à 2cm de large et légèrement pliées en gouttière au sommet.

Le limbe a une forme lancéolée-allongée longue de 15 à 30cm et de couleur glauque.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Fleur solitaire, régulière et penchée avant l’anthèse. On la trouve en position terminale au bout de la tige unique.

Périgone à six tépales de couleur plus ou moins jaune vif avec des reflets verts. Le périgone est composé de deux verticilles, dont un verticille externe constitué de trois sépales et d’un verticille interne constitué de trois pétales. Ces deux verticilles alternent.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Les tépales sont de forme ovale-lancéolée avec un apex pointu et ils sont plus ou moins poilus.

Les pétales sont plus petits et plus larges que les sépales.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Les pétales sont aussi entièrement jaunes et ciliés sur les bords, alors que les sépales sont jaunes sur leur face supérieure et de couleur jaunâtre délavé de vert sur leur face inférieure.

Androcée à six étamines jaune au filet velu. Il est composé de trois étamines courtes et de trois longues.

Gynécée composé d’un stigmate central entouré des étamines.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Son fruit est une capsule à trois loges beaucoup plus longue que large, contenant beaucoup de graines. Elle est arrondie à la base et au sommet. Celle-ci mesure 3cm de long et environ 1,5 centimètre de large.

Présentation

La Tulipe sauvage possède de superbes fleurs odorantes de couleur jaune vif.

Elle est considérée comme une plante à éclipse qui fleurit irrégulièrement.

Celle-ci est d’ailleurs victime de sa beauté puisqu’elle est ramassée avec frénésie par le promeneur moyen qui n’a ni respect, ni éducation naturaliste.

L’Avant-Pâques peut former des colonies immenses au printemps qui sont un véritable régal pour les yeux.

Tulipes Sylvestres. Photo : Roland Cattenoz.

Cette jolie plante est présente un peu partout en France.

Malgré son statut de protection nationale, elle tend à disparaître de certains endroits et ce, depuis le XIXe siècle, à cause du ramassage de ses bulbes.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

Les causes de sa raréfaction sont :

  • les modifications des techniques culturales ;
  • L’utilisation des herbicides ou bio-diverticides ;
  • La cueillette intensive à des fins commerciales.

La Tulipe sauvage ne s’aventure pas trop en montagne, elle ne dépasse généralement pas la barre des 1 000m d’altitude.

Tulipes Sylvestres. Photo : Roland Cattenoz.

En Franche Comté, on la trouve dans les quatre départements avec un nombre plus élevé de stations pour le Jura.

Dans le Jura, elle peuple généralement les vignes non soumises aux herbicides et les bois de Robiniers résultant de l’abandon de vignes anciennes dans les environs d’Arbois, Polgny, Salins, Buvilly, Lons le Saunier, Dole, etc.

Tulipe sylvestre

Dans le Doubs, l’Avant-Pâques est très rare.

Tulipa sylvestris. extrait de la flore d’Eugène Michalet 1864.

Le commentaire d’Eugène Michalet (Fin 19e siècle).

Dans le département de l’Ain, la sous-espèce « Australis » (TULIPA sylvestris subsp. Australis) est très rare. On la trouve au sommet du Grand Colombier et sur le Plateau du Retord.

Les sépales de cette sous-espèce sont teintés de rouge sur la face inférieure.

On trouve aussi des stations de la sous-espèce (TULIPA sylvestris subsp. Australis) disséminées dans la région Méditerranéenne.

Tulipe sylvestre. Photo : Roland Cattenoz.

En Suisse, elle est également protégée et se situe dans le Jura Neuchatelois, mais dans cette région elle ne fleurit que peu fréquemment.

En Europe, la Tulipe sauvage habite le Centre et le Sud.

Tulipe sylvestre

Dans le reste du monde, elle existe en Algérie, Asie Mineure et dans l’Ouest de l’Iran.

L’Avant-Pâques :
son Histoire en Histoires

Un piège utilisé par certaines araignées